Pour ce travail plastique, dans un premier temps je me suis grandement inspiré du mouvement Op Art et de ses représentants (Victor Vasarely, Julio Le Parc, Marina Apollonio, Frank Stella…) et également du mouvement abstrait (Pierre Soulages, Hans Hartung, Fabienne Verdier).

Le Sujet avait pour thème « l’art et la machine » tout en y abordant la notion du détournement.

Je me suis beaucoup référé à l’artiste Arnaud Pfeffer qui s’inspire également de l’op art en travaillant avec l’aide d’une machine, une Axi Draw.

 

Cette série se nomme « Tu lui ressemble trop » car de base mon travail ressemblait à celui d’Arnaud Pfeffer, mes images n’étaient pas suffisamment réfléchies et l’idée du détournement était assez éloignée.

De ce fait je me suis petit à petit détourné de cet artiste et je me suis interrogé sur la manière dont je pouvais intervenir moi même sur les mouvements de la machine, c’est à dire créer le détournement par une confrontation entre les mouvements de la machine programmée par l’ordinateur et en interagissant avec elle afin de créer un résultat aléatoire et irrégulier avec l’intervention humaine…

 

Petit à petit je me suis éloigné des formes que j’avais pu réaliser via un logiciel informatique, en changeant d’outils plastiques et de techniques pour finalement me tourner vers quelque chose de beaucoup plus abstrait.

 

« Tu lui ressembles trop » témoigne d’une ambiguïté car d’une certaine manière, tout travail dérive de quelque chose. Nous empruntons, adoptons, renouvelons de vieilles recettes, j’ai emprunté les codes de deux mouvements artistiques (l’Op Art et le mouvement abstrait) et en voulant me séparer d’Arnaud Pfeffer, innocemment je me suis à nouveau rapproché visuellement d’un autre artiste.

 

Cependant je n’essaye pas de comprendre moi même mon travail mais plutôt d’être attiré par la dimension visuelle qui s’en dégage.

Après tout, comprendre n’est pas la seule façon de ressentir : le peintre Kandinsky, par exemple, ne peignait pas pour être compris mais pour être ressenti. Il peignait de la musique…

J’avais envie d’explorer une forme (ici en l’occurence plusieurs cercles) et de la décliner sous plusieurs formes avec des moyens variés, comme si il s’agissait de créer un alphabet de formes…

"Plus d'information"